Nutrition du sportif : un régime diététique adapté pour atteindre ses objectifs

Publié le : 18 novembre 20214 mins de lecture

Un régime sportif est correct lorsque les besoins en nutriments nécessaires à l’entraînement sont couverts de manière adéquate. Les exigences sont d’autant plus élevées dans les sports de haut niveau.

Même les sportifs amateurs s’en rendent vite compte : un entraînement régulier et ciblé ne suffit pas pour atteindre l’objectif fixé. En plus de l’exercice, une alimentation saine et équilibrée est également importante. Dans les sports de haut niveau, les exigences en matière de séances d’entraînement optimales et d’alimentation sont d’autant plus élevées.

Les éléments constitutifs de la nutrition

La Société allemande de nutrition recommande que l’apport calorique quotidien soit constitué de 55 à 60 % de glucides, 25 à 30 % de lipides et 10 à 15 % de protéines. Les glucides sont le principal fournisseur d’énergie pour le cerveau et les muscles, c’est pourquoi les athlètes peuvent absolument consommer davantage de glucides. Cependant, contrairement à l’athlète amateur qui doit se concentrer sur un régime pauvre en graisses et riche en glucides, les athlètes de compétition ont besoin d’une portion « supplémentaire » de protéines.

La consommation de protéines immédiatement après une séance d’entraînement entraîne une augmentation de la synthèse des protéines musculaires et favorise ainsi la régénération et la croissance musculaire. Il convient donc de recourir à un régime riche en glucides et en protéines après l’entraînement.

Tendance : l’alimentation végétalienne dans les sports de compétition

De nombreux athlètes de compétition suivent un régime végétarien ou végétalien, car ces deux régimes sont clairement en vogue. L’avantage, s’il est mis en œuvre correctement, réside dans la proportion nettement plus élevée de fruits et légumes, qui ne sont pas seulement des sources importantes de vitamines et de minéraux. Leur valeur réside avant tout dans les matières végétales secondaires, c’est-à-dire les matières qui confèrent leur couleur et leur odeur caractéristiques aux aliments végétaux. Les « flexitariens », c’est-à-dire les personnes qui suivent principalement un régime végétalien mais incluent de temps en temps de la viande dans leur alimentation, sont particulièrement avantagés. En effet, la viande musculaire de bonne qualité est un aliment de haute qualité qui fournit de bonnes quantités de fer et de zinc ainsi que des protéines de haute qualité. « Les efforts d’endurance de longue durée et une compétition comme la Race Across America nécessitent une alimentation équilibrée et, en plus, un apport individuel de micronutriments adaptés en composition et en quantité à l’athlète. »

L’apport en micronutriments

Pour une utilisation optimale des protéines, l’organisme a besoin de vitamine B6, car sous sa forme coenzyme P-5-P (pyridoxal-5-phosphate), la vitamine du groupe B est importante pour la dégradation et la conversion des acides aminés dans le métabolisme des protéines. La vitamine B6 contribue également à la régulation de l’activité hormonale. On trouve une teneur particulièrement élevée en vitamine B6, par exemple, dans les céréales, la levure, les avocats et la viande de muscle.

Outre un apport suffisant en vitamines du groupe B, un apport adéquat en antioxydants (vitamines C et E) et en oligo-éléments (sélénium et zinc) est également important. Ceux-ci ne protègent pas seulement les cellules du stress oxydatif – la vitamine C, par exemple, contribue à un fonctionnement normal du système immunitaire pendant et après une activité physique intensive. Vous devriez utiliser ce potentiel, en particulier dans les sports de compétition – incluez donc suffisamment de fruits et de légumes frais dans votre alimentation – ce sont des fournisseurs importants de ces substances énergétiques.

Plan du site